RSS
 

Articles associés au tag ‘Centrul Cultural Pitesti’

Aurel Sibiceanu, despre « Dacia, Tara Zeilor »…

09 Nov

Semnal

Un nou eseu al confratelui Aurel Sibiceanu despre Tudor Diaconu, Ion Durac, Cloche (Ion Clopotel) si inginerul Nicolae Miulescu, autorul volumului « Dacia, Tara Zeilor », la rubrica: Gloriosii ani ai ratarii…

ARGES_OCT_ 2015pag09-141

Lectura placuta!

Lire la suite »

 

A la veille de mes 60 ans…

20 Oct

Les confrères du Centre Culturel de Pitesti ainsi que de la rédaction de la revue « Cafeneaua literara » (Le café littéraire) m’ont fait un discrète mais joli cadeau à la veille de mes 60 ans…

Ils ont publié à la 30e page un extrait de mon recueil de prose (en roumain), paru depuis aux éditions BETTA, Bucarest :

http://www.centrul-cultural-pitesti.ro/images/pdf/2015/Cafenea/10/cafe101.pdf

Lire la suite »

 

Portraits de mes chers Amis : Mihai Eftimie

29 Août

Un pays, deux causes, une rencontre…

 

Nos chemins se sont croisés deux fois, lors de deux causes, patriotiques, bien-sûr : en juin 1995, à l’occasion d’une fête des participants de Câmpulung aux événements du Décembre 1989 [1], et 20 ans après, le 5 juillet cette année, à Chisinau [2], à l’occasion du Grand Rassemblement de Chisinau et de la Marche Unioniste « Stefan cel Mare » (Etienne Le Grand).

En 1995, vu qu’il était le hôte fiévreux de nous tous les révolutionnaires venus de Pitesti, de Bucarest et de Câmpulung, je n’ai pas eu l’occasion de lui parler.

Cette fois-ci, ce 5 juillet, dans la foule de la Place du Grand Rassemblement National de Chisinau, j’ai remarqué un visage qui me parlait… Ses yeux tardaient, également, sur mon visage… D’un coup, ses cheveux sel au poivre m’ont parlé… Sa voix a décroché le cadenas du coffre de ma mémoire… Des images mélangées du juin 1995 commencèrent se superposer sur les images actuelles, de la réunion des Roumains, portant sur l’union de la République de Moldavie à la Roumanie… Nous avons fait connaissance : « Mihai », s’est-il présenté. Je me suis recommandée à mon tour. Nous avons parcouru ensemble quelques kilomètres à pieds. Puis, notre petit chemin commun s’est bifurqué : lui a pris le chemin des marcheurs de la Marche de « Stefan cel Mar »e (l’Etienne Le Grand) ;  moi, le chemin vers l’autocar de Vatra, pour le retour à Bucarest.

Une semaine plus tard, nous nous sommes rencontrés encore une fois par hasard, le matin, dans la Gare de Iasi, en attendant sur le quai le Train de l’Union, direction Bucarest… Cette fois-ci nous avons changé nos coordonnées téléphoniques.

Depuis, nous sommes en contact, prêts à travailler ensemble au profit de l’Union. Nous sommes à l’origine de deux activités, chacun ayant l’initiative dans sa ville, moi à Pitesti, Mihai à Câmpulung.

L’union avec notre province égarée, la Moldavie Orientale, connue sous le nom de Bessarabie, nous passionne.  

Ayant presque le même âge et une cause commune, nous avons pris le temps de parler un peu de nous, de nos familles, de nos rêves, de nos affaires.

L’histoire de vie de Mihai est l’une très touchante. Son vécu affectif est l’un d’un être généreux, qui a aimé, qui a donné, qui a quitté pour construire, dans la générosité. De nature posée et flamboyante, il a assumé les soucis, les bonheurs, les malheurs.

Ingénieur, père de trois fils, papi, homme d’affaire, il est animé aussi par de très profonds sentiments patriotiques. 

En écoutant son histoire de vie, toute femme peut lui faire confiance. Car c’est le vécu glorieux d’un homme sérieux, responsable, respectable, organisé, bien dans sa tête. Moi même je me suis sentie tentée de m’abandonner pour une seconde dans ses bras. Aux profonds de mes tripes, l’envie de connaître un peu de plus cet homme de beauté éblouissante, athlétique, bon père de famille, doux, s’est soulevée contre moi. Elle voulait m’offrir une toute petite royale folie… Mais la voix intérieure du soldat que je suis devenue, l’a freinée.

« – Non, tu es fiancée ! C’est quelqu’un qui t’aime et qui t’attend en France », m’a dit sévèrement cette voix intérieure, devenue, brutalement, mon ennemie…

« – Non, tu n’as pas le droit morale », – m’a-t-elle découragé, encore.

« – Pourquoi compliquer l’existence de cet homme qui a souffert assez dans sa vie ? », il m’est venu le reproche d’un nouveau ami-ennemi, le Code de la vieille éducation reçue pendant mon tendre enfance qui ne me permet ni à présent de passer les bornes…

« – Non, tu ne peux pas aller vers lui, car tu n’as rien à lui donner… Ta vie est ailleurs, pas là ! », m’a-t-elle interpellé une fois de plus.

« – Et alors ? Tu seras trop loin de lui… Et puis, ce n’est point honnête de ta part ! », faisait ma voix intérieure, le grand inquisiteur…

Ces dialogues ne sont que des brins de pensées qui ont blanchi certains de mes nuits…  

Malgré le chagrin de mon coeur, il fallait faire tout pour que nous liions d’une amitié de tous les jours… Et nous avons réussi.

A quel prix ? Ne compte plus ! Je suis très fière de lui et de l’histoire de notre si inédite rencontre…  

 Pitesti, samedi, le 29 août 2015      

Lire la suite »

 

Cafeneaua literara, nr. 8/ 2015. Eseu despre proza Gabrielei Zavalas

26 Août

Gabriela Zavalas, între mierea si pelinul experimentului literar, sub neîmplinita iubire de oameni…

În: Cafeneaua literara nr. 8/ 2015, pagina 29.

Lire la suite »

 

Despre Vavila Popovici si creatia sa literara

30 Juil
De la dreapta la stânga: Mona Vâlceanu, Mihai Ghitescu, Nusa Cantemir

De la dreapta la stânga: Mona Vâlceanu, Mihai Ghitescu, Nusa Cantemir

Opera scriitoarei americane de origine româna Vavila Popovici,

omagiata la Centrul Cultural Pitesti…

În prezenta mai multor scriitori pitesteni, Mona Vâlceanu – editor, scriitor, traducator, critic literar – a prezentat

opera consuratei Vavila Popovici, stabilita de câtiva ani în Statele Unite.

Lire la suite »

 

Colocviul: « Podul de Flori Ungheni » (2015)

29 Juil

Lire la suite »

 

Simpozion: Echilibru si putere la 200 de ani de la Sfânta Alianta

29 Juil

Lire la suite »

 

Simpozion: Scutul NATO din România – consecinte geopolitice

29 Juil

Lire la suite »

 

Colocviu: Podul de Flori, Ungheni 2015

20 Juil
Afis, "Podul de flori, Ungheni 2015", colocviu

Afis: Podul de flori, Ungheni 2015, colocviu

Freamătă în inimile domniilor-voastre dorul de fraţii din Basarabia?

Dacă da, vă aşteptăm cu mult drag la colocviul:

„Podul de Flori, Ungheni, 2015”

marţi 28 iulie, orele 16,

Sala Ars Nova, Centrul Cultural Piteşti

Un bun prilej de a asculta mărturiile argeşenilor participanţi la grupajul de evenimente şi acţiuni ce au definit „Săptămâna Unirii simbolice, 5 – 12 iulie 2015” între Republica Moldova şi România:

– Mitingul din Piaţa Marii Adunări Naţionale, Chişinău, duminică 5 iulie;

– Marşul lui Ştefan cel Mare, Chişinău-Ungheni, 5 – 11 iulie;

– Podul de flori, Ungheni, sâmbătă 11 iulie; Marşul Ungheni – Iaşi, 11 iulie;

– Seara întâlnirii românilor, 11 iulie, Iaşi; Trenul Unirii, Iaşi – Bucureşti, duminică, 12 iulie;

– Marşul Unirii, Gara de Nord – Universitate – Cotroceni, Bucureşti, 12 iulie.

Lire la suite »

 

« Carpatica », de la deziderat sindical la jubileu editorial

01 Juil
Revista Carpatica, nr. 14, Piteşti 2015

Revista Carpatica, nr. 14, Piteşti 2015

Pledoarie pentru subvenţionarea drepturilor de autor ale scriitorilor (1) 

Ce miracol săvârşirea tainei numită revistă! Şi ce ispititor şi-a putut dărui nurii cel de-al doilea număr pe anul ce curge spre toamnă domol, dar sigur, al argeşenei „Carpatica”! Dintre cele 36 de file luate de la tipografie în chiar ziua în care mi-au fost oferite, răzbătea puternic mirosul proaspăt de cerneală… Formatul suplu, înalt, A4, a cărui tipărire este subvenţionată din bugetul Urbei, apare trudit cu rǎbdarea de bijutier a unui artist al aşezǎrii în paginǎ, fiind rezervat scriitorilor membri sau nu ai filialei argeşene a „Ligii Scriitorilor din România şi de expresie română de pretutindeni”…

Publicarea materialelor scriitorilor din afara filialei locale a sus-amintitei asociaţii scriitoriceşti naţionale, mi se pare demn de lăudat. Este, găsesc, un important pas în gândirea organizatorică a redacţiei, un pas aducător de suflu nou în mai vechiul peisaj al revistelor locale consacrate, editate de alte grupuri scriitoriceşti, în paginile cărora, deşi subvenţionate, la rândul lor, de Primăria Piteşti, scriitorii cetăţii îşi găsesc mai răruţ locul. Iată o revistă cu o ţinută ce se democratizează din interior, după cum inspirat a rostit scriitorul Nicolae Cosmescu, redactorul său şef.

Şi tot ca un semn de prosperitate, începând cu acest număr, patru pagini sunt rezervate creaţiei studenţilor de la LitereAlăturarea tinerilor la activităţile maturilor: mângâietor succes!         

Lire la suite »