RSS
 

Articles associés au tag ‘Boniface Mongo-Mboussa’

De la Fleuvitude – interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE (6)

09 Juil

(6)

"Par les temps qui courent", traité poétique d'Aimé Eyengué

« Par les temps qui courent », traité poétique d’Aimé Eyengué

Est-ce que l’anthologie bilingue, français-roumain, « Du Congo au Danube », a pu apporter sa graine au mouvement de la Fleuvitude, lorsqu’il se trouvait en germe ? Est-ce que cet ouvrage se retrouve parmi les sources qui vous ont inspiré la « pierre philosoph

ale » de l’intitulé « Fleuvitude » ?

– A priori non, dans une considération stricto sensus ; mais, a posteriori, la réponse peut être nuancée, du seul fait que cette anthologie de 2011 consacrant, dans un voyage de l’esprit, l’union ou la jonction d’auteurs originaires des deux fleuves éponymes, le premier étant d’Afrique et l’autre d’Europe, tout comme toutes les autres dynamiques et évocations littéraires ayant trait aux fleuves, notamment au fleuve Congo, ont existé avant l’élaboration du concept même de la Fleuvitude, qui n’a vu le jour officiellement que dans la publication, je le rappelle, de notre ouvrage Par les temps qui courent… en 2015.

Lire la suite »

 

De la Fleuvitude – interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE (5)

09 Juil

– Est-ce qu’il y a une liaison entre la Fleuvitude et la Négritude ?

"Par les temps qui courent", traité poétique d'Aimé Eyengué

« Par les temps qui courent », traité poétique d’Aimé Eyengué

– Bien évidemment, oui. Ce premier Congrès International s’emploiera à la démontrer aussi. D’ores et déjà, il vous suffit de considérer toutes mes réponses à vos questions précédentes, pour vous en rendre compte : à mon sens, cela est une évidence, qui coule de source même (rires), comme de l’eau de roche… (sourire) ; notamment, lorsqu’on considère la métaphore du Lamentin du Fleuve Congo élaborée par Senghor dans son évocation de la Négritude, qui, elle-même s’inspire aussi du Panafricaniste afro-américain, Dubois, qui inspire également Langston Hugues, avec My Soul has grown deep like the Rivers, dans sa démarche sur l’Universel…

Lire la suite »

 

De la première Conférence sur « La Fleuvitude », Paris, le 11 juin 2016

17 Juin

« La Fleuvitude »

baptisée lors de sa première Conférence

à l’espace l’Harmattan, Paris, le 11 juin 2016

 

Motto :

Au-delà de la Negritude, la Fleuvitude comme civilisation de l’universel…

(Aimé Eyengué, Pensées de la Fleuvitude)

Avec Liss Kihindou et Aimé Eyengué, à la Conférence sur la Fleuvitude, Paris 2016

Avec Liss Kihindou et Aimé Eyengué, à la Conférence sur la Fleuvitude, Paris 2016

Ce samedi 11 juin 2016, a eu lieu la première Conférence de la Fleuvitude, à l’espace l’Harmattan, Paris 5e.

La fleuvitude est un concept créé depuis trois ans par le poète et docteur en Sciences Politiques, Aimé Eyengué, lors de la préparation du premier Salon du Livre à Brazzaville et des 60 ans de littérature congolaise.

Le thème de la conférence – organisée et animée sous la baguette magique du père de ce nouveau concept qui suit à une distance de presque 80 ans la jaillissance du concept de la négritude sous la plume du premier Aimé de la révolution des mentalités des Noirs, Aimé Césaire – a séduit des spécialistes et aimants de la littérature et de la culture africaine, qui y sont venus nombreux, malgré le déroulement et la tentation exercée par le grand Marché de la Poésie à la place Saint-Sulpice.

Lire la suite »