RSS
 

Rétrospective 2015 : Poètes de Buzàu (Roumanie) en français

22 Déc

Avertissement : les textes ci-dessous représentent des brouillons de traductions en cours. 

Marin Ifrim

(Né le 1er décembre 1955, à Bàlàceanu, Buzàu [Bou-zà-où])

 

Pour dire la vérité

 

Le matin, tu ne saisis même plus par la méditation 

Ni comment la tondeuse à mots passe insonore 

Devant la maison de tes neurones,

Ni comment le gazon des sentiments,

Placé entre toi et les autres, est de plus en plus enjolivé

De nervures barbelées.

Tu ne peux même plus évader par ta pensée de ton foyer

Sans que le volet du dessous de paupière du voisin,  

Tiré d’un côté, ne te guette pas discrètement…

Car en tous lieux, dans l’éther, l’eau et la terre,

Elle vient d’être ressuscitée la patrie multimillénaire  !  

 

Les larves ont atteint l’âge de l’envol…

Le ciel est redescendu au-dessous de la crête des têtes

Et tient sous la plus stricte chimère

Ses enfants égarés dans leur propre lymphe.

 

Théoriquement, c’est toi la patrie !

Proprement, elle se trouve dans toute chose qui n’existe point

Et qui demain prendra un bain de soleil sous le néant. (1)

De la patrie, pour dire la vérité,

Il ne faut jurer sur aucun livret.

 

La patrie, comme l’écriture, n’a qu’un temps

Et sur-le-champ !

       

Note

(1). Jeux de mots ; allusion à un poème-éloge au parti unique de l’époque de dictature communiste : « Le parti est dans toutes les choses qui existent/ Et qui demain souriront au soleil. » (NDLT).

 

 La maison des mots

 

Il s’avère vraiment, même les mots passent par l’estomac…

Un bon chirurgien m’a restauré le corps,

Lettre par lettre.

Je demeure maintenant le nouvel alphabet

D’un langage roumain sans précédent.

M’acquérir de mon ancien nom, il ne m’est si repoussant,    

Être répudié par ses entrailles, je crains seulement…

 

 

La route des mots

 

Herbier des lettres pas encore ouvertes.

Affaires classées,

Sapience, sommeil posé…

La vie est le plus long chemin

Qu’un mortel peut le traverser

En sens unique.

Elle l’entraîne, elle le met quelque part

Elle récidive.

La vie, la route des mots…

 

                Extrait du cycle « La maison des mots »

 

 

Textes choisis et traduits du roumain  par Marilena Lica-Masala

Relus le 22 décembre 2015

 

Tags : ,

Réagissez