RSS
 

Retour à mon devoir, retour à mes racines…

10 Jan

Retour à mon devoir, retour à mes racines…

La fin de l’année 2014 ainsi que le début de 2015 m’ont été très confus. Mon coeur n’arrivait plus se reconnaître, ni mon âme se miroiter dans les déclarations d’amour éternel du Citoyen qui les habitait à cette époque. Ses mots leurs étaient devenus de plus en plus étrangers, de plus en plus moins crédibles. Entre sa parole et le passage au geste, à l’action, on voyait d’un jour à l’autre une gigantesque faille ouvrant de plus en plus ses lèvres, prête à nous dévorer la rencontre, le travail, les idéaux, les plans, les rêves, le « Jardin des Saphirs » inclut, avec ses peuples.

A la Défence de la Nouvelle Année 2016

Partante à la Défence du Nouvel An 2016

Marilena au Jardin des Saphirs

Au « Jardin des Saphirs », novembre 2014

Le 15 janvier dernier j’ai couru vers le pays du repos éternel de mes ancêtres, pour être de bonne heure aux tombeaux de mes parents le jour suivant… Oui, le lendemain, ils auraient fêté leur 60e anniversaire de leur mariage… Le plus caste et heureux mariage que j’ai vu, tout au long de mon vécu…

Depuis ce 16 janvier-là, en attendant que les Astres me viennent en aide, j’ai conçu et animé plusieurs fêtes littéraires avec mes amis écrivains de Roumanie. Heureuse et digne d’être leur amie, je défile ci-dessous quelques images de nos soirées déployées sur la scène du Centre Culturel de Pitesti, pour les rappeler que je n’ai rien oublié de nos bons moments pleinement partagés et que je les remercie…

Hélas ! Par la grâce des Dieux, le Citoyen qui habitait mon être est parti louer un autre… Grâce à la présence ludique de mes amis, j’ai retrouvé le bon chemin plus vite qu’estimer… A quel point j’en suis heureuse à l’heure de ces petites lignes ! Mon coeur et mon âme se sont échappés à la chaîne du marché des esclaves. Ils ont repris heureux la voie incomparable de la liberté créative…

Et maintenant,  j’y enchaîne ci-dessous quelques photos prises lors des soirées animées sur la scène du Centre Culturel de la ville de Pitesti, en 2015.

« Invitation à la valse littéraire », de Marin Ifrim

– double lancement de livre –

Invitation à la valse, par Marin Ifrim

Habillée en tenue traditionnelle roumaine, j’anime le lancement du recueil « Invitation à la valse littéraire » du confrère Marin Ifrim

Invitation à la valse, par Marin Ifrim

Marin Ifrim, mon invité spécial de Buzau

Hommage à Ivor Porter

L’historien Marin Toma présente mon livre en hommage à Ivor Porter 

Avec Marin Toma, hommage rendu à Ivor Porter

Avec Marin Toma, hommage rendu à Ivor Porter

La génération '55...

Les ’55… Une génération animée par la séduction de la poésie… Quatre poètes, quatre destins… Lucretia Picui, Marin Ifrim, Aurel Sibiceanu et moi 

 

« Une étrangère à Damas », de Ilzi Sora

Une étrangère à Damas, de Ilzi

Ilzi Sora, mon amie, émue comme tout, lors de notre spectacle littéraire inspiré de son manuscrit « Une étrangère à Damas »

Soirée Ilzi

Soirée Ilzi

 

Soirée Ilzi

Soirée Ilzi

Une étrangère à Damas, de Ilzi

Une étrangère à Damas, de Ilzi

Soirée Ilzi

Soirée Ilzi

Au vernissage de Juliana Chuaibi

 

Au vernissage de Julia Chuaibi

Brève intervention au vernissage de Julia Chuaibi

Au vernissage de Julia Chuaibi

Au vernissage de Julia Chuaibi

Steluta Istratescu, une vie, une oeuvre

Steluta Istratescu à ses 75 ans

Steluta Istratescu (aux lunettes) lors de sa fête. Derrière, Nic Petrescu

Steluta Istratescu à ses 75 ans

16-DSC06099-535x301

29-DSC06154-535x301

Mihai Ghitescu, le doyen de la communauté des écrivains de Pitesti

30-DSC06159-535x301

Mme Timofiev, Mona Vâlceanu, Mihai Ghitescu et moi

Steluta

Soirée Steluta

Steluta Istratescu à ses 75 ans

Mona Vâlceanu, Mihai Ghitescu, Ilzi Sora et moi

Steluta Istratescu

Je n’arrive pas déployer les sept livres de proses de Steluta… 

Podul de Flori, Ungheni 2015

Podul de Flori, Ungheni 2015

Mihai Eftimie, moi et Tutu Dragulescu, trois des milliers des demandeurs de la réunion de la République de Moldavie au pays mère, La Roumanie

Podul de Flori_2015_cu Mihai_Tutu si Constantin

Mihai Eftimie, Tutu Dragulescu, Constantin Samoila et moi

Podul de Flori_Cor_OK_OK

Nicolae Perniu et son groupe vocale

Podul de Flori_foto grup_OK

 Et si moi, oui, comme le Phoenix…

– au lancement de mon recueil de prose, « Les trouvailles d’antan »,

Bucarest, Calderon, 26 novembre 2015 –

Calderon

Au Calderon

 

L'écrivain et chroniqueur littéraire Mihai Antonescu, lors de son "voyage" autour de mes "trouvailles"...

L’écrivain et chroniqueur littéraire Mihai Antonescu, lors de son « voyage » autour de mes « trouvailles »…

L'écrivain et critique littéraire Emil Lungeanu, l'auteur de la Préface de mon recueil, lors de son exposé portant sur la place de mon recueil dans la littérature féminine roumaine...

L’écrivain et critique littéraire Emil Lungeanu, l’auteur de la Préface de mon recueil, lors de son exposé portant sur la place de celui-ci dans la littérature féminine roumaine…

Le moment des dédicaces - le jubilé de tout auteur...

Le moment des dédicaces – le jubilé de tout auteur…

A la Défence du Nouvel An 2016

La vie nous sourit… En attendant la première lune claire du Nouvel An, quittons le « soi » intérieur pour se livrer à notre devoir, à notre raison d’être…  

A la Défence du Nouvel An 2016

A la Défence du Nouvel An 2016

A la Défence du Nouvel An 2016

A la Défence du Nouvel An 2016

Partante à la Défence du Nouvel An 2016

 

 

Paris, le 10 janvier 2016

 

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Réagissez