RSS
 

Le regard triste de mon amie ne vous saisit ?

29 Jan
Mairie 17e

à la Mairie de 17e, Paris 2016

Hier soir, le regard triste de mon amie m’a percé jusqu’au fond de mes propres souvenirs, jusqu’au cœur  de mon propre courage même…

Mon amie porte le nom de l’amour au front, aux cheveux, aux couleurs du soleil de son île.

Tout est triste ce soir dans ses tripes, dans ce regard de femme, dans ce sourire de femme vaincue.

Vaincue ?

Non, ce n’est pas elle la vaincue… Mais sa rébellion contre l’ordre du monde. Son non conformisme contre l’état des choses établi par la volonté des hommes.

Elle, la rebelle, elle, la courageuse, elle, l’audacieuse, elle, l’amoureuse, elle, désignait de l’amour pour l’amour, elle subit à l’heure la confrontation aux murs humains. Murs socioprofessionnels. Murs d’émigration.

Murs derrière, murs devant. Où allez-maintenant ?

Mon amie a fait des petits cadeaux toute une soirée aux autres. Des petites choses, comprenez-vous, pas du tout chères, mais qui peuvent emporter la joie au cœur.

Ils ont reçu ses petits cadeaux, mais personne n’a remarqué la tristesse de ses yeux, de son visage, de son sourire.

Et pourtant…

Nous nous sommes séparées tard, dans la nuit. Je suis rentrée chez moi plus triste que la tristesse de mon amie.

La tristesse d’une amie me rend plus triste que ma propre tristesse.

Hommes, arrêtez ce jeu des mots de la fraternité, de la solidarité, de la présence sans substance !

Vous n’avez pas saisi hier soir le regard triste de mon amie… Elle est venue vers vous. Mais, rien ne vous la rendue visible, ni même ses petits cadeaux…

Eduquée, trop éduquée, elle n’a pas pu vous dire à quel point est malheureuse ! Elle n’a pas pu vous montrer la roche qui la ronge, qui l’apaise…

Est-ce que c’est il si incompréhensible de comprendre que notre sœur est la proie de la détresse ?

Ce dimanche… Est-il un dimanche ? Pour qui ?

 

 

Paris, le 29 janvier 2017

 

Tags : , , , ,

Réagissez