RSS
 

Je me méfie de l’homme…

25 Avr

Désormais…

Le petit conte de mon soulier de Cendrillon

A l'anniversaire de la poète Lydie Mbossa, le samedi 26 mars 2016

« Je me sens si bien dans ma peau de femme non-aimée… »

Chacun se méfier de quelque chose au long parcours de sa vie. Désormais, je me méfierai de l’homme me déclarant l’ardeur de son « je t’aime… » 

L’amour de l’homme devrait être générosité, altruisme, dévouement… Bien que non. Surtout pas ou très rarement, à nos jours ! Ce mot chevaleresque « je t’aime » demeure dans son cachet livresque…

L’homme qui m’aimait, me demandait en échange de la grandeur de sa déclaration, de porter les pantoufles qu’il me les a gentiment confectionnées de son amour. Des jolies aux très fines traces d’argent tressés de petits grains d’ambre, mais dans lesquels mes pieds se sentaient un peu pénible… Ne voulant pas le décevoir, j’ai tout fait pour les porter… Ô, pendant les nuits, je me donnais du courage  pensant à la chance du soulier de Cendrillon !

J’ai tout fait pour adapter mon pas à la petitesse des pantoufles d’amour de mon charmant gentilhomme du 16e arrondissement ! Jusqu’au jour où j’ai senti que je perds la cadence de mon existence…

Sans un mot, au petit matin, j’ai discrètement abandonnées les pantoufles non confortables au seuil en pierre brute de son portail, pour reprendre  l’errance de mes pieds nus… Ô, comme ils étaient heureux d’avoir retrouvé les aspérités des cailloux sous leur pas vers la liberté…

A l’abri de ma solitude, j’enverrai quand même un petit mot à ce si gentil chéri : « Merci, noble amant, infiniment, de ton joli cadeau ! Je me sens mieux dans ma peau de femme non-aimée, mais libre… »

 

Paris, le 25 avril 2016

 

Tags : ,

Réagissez

 

 
  1. Jean Paul Abulker

    26 avril 2016 à 20 h 25 min

    Cendrillon n’a pas trouvé chaussure à son pied
    http://www.expressio.fr/expressions/trouver-chaussure-a-son-pied.php

    Amicalement , Jipé le rimailleur 😉

     
    • Marilena

      26 avril 2016 à 23 h 40 min

      (sourire)… Merci, cher Ami ! On pourrait le peut dire tel que… Mais, c’est plutôt son pied qui, sauvage et rebelle par naissance, ne pouvait plus respirer dans la captivité de la chaussure trop élégante, trop argentée, trop ambrée…