RSS
 

Guy Cétoute : « Et le premier ange sonna… » de B. Finkelstein

02 Avr

Guy Cétoute  

Et le premier ange sonna – l’URSS inconnue

de Boris Finkelstein

traduit en français par Athanase Vantchev de Thracy

(II)

Chapitre 3 : Les faits qui symbolisent l’âme russe

Avec Boris Finkelstein, son épouse et Athanase Vantchev de Thracy , Paris, octobre 2015

Avec Boris Finkelstein, son épouse et Athanase Vantchev de Thracy, au lancement de ses livres, Librairie l’Âge d’homme, Paris, octobre 2015

Situation historique. Les faits appartiennent à plusieurs périodes historiques.  Il y a une période d’avant, ayant trait à l’URSS, et une période d’après touchant à la Russie; et une troisième in between, qui permet une distance critique, dans laquelle se cantonne le narrateur homodiégétique s’est amusé à jongler sans cesse avec les trois. Par exemple pour la période d’avant, il y est écrit :

Maintenant, très peu des moins de quarante ans peuvent comprendre ce qu’était cette époque où les rapports sociaux étaient définis par des slogans cannibales comme « Qui n’est pas avec nous est contre nous » ou « Si le parti dit qu’il le faut, le Komsomol répondra présent » (p. 39).

Une autre indication embrasse la période d’après :

Dix autres années ont passé. Les temps ont changé. Des coopératives sont nées, et ce n’était plus seulement l’Etat qui avait de l’argent (p. 55)

Enfin, pour la période de l’U.R.S.S, évocation de l’organisation du travail :

Travailler pour l’Etat était obligatoire, les gens étaient répartis d’une manière centralisée et déplacés selon les besoins. Toute tentative d’y couper était qualifiée de parasitisme et de désertion et entraînait de très graves conséquences (p. 55).

En conclusion partiel, retenons que la position topique du narrateur est déterminante pour la narration des événements.

Caractère politique de l’âme russe.  De l’Union soviétique à la Russie, on a rencontré un régime vertueux dans les principes, et qui laisse à désirer dans les passages à l’acte.  Il y a donc défaillance de la  théorie à la pratique ; et cette théorie s’est muée en théorétique.

C’est aussi un régime très peu efficient et efficace face au projet de la construction du gazoduc qui a traîné en longueur dans des  procédures administratives interminables. Lisez en quels termes, le narrateur en parle:

Moscou, 1988. Un projet caractérisé comme « l’oiseau fabuleux », savoir « le plus grand gisement de gaz du monde dans les eaux septentrionales ».

Tout de suite, petit bémol : ce gisement se trouve dans un secteur disputé de la mer, loin des rivages et en eaux profondes. Bref, une tâche à la frontière du possible.

Et pour conclure, on n’a pas vu ce projet aboutir jusqu’à la fin de l’ouvrage…

Relation verticale régime politique et population  d’un  régime politique  centralisé, impitoyable, qui traite les gens comme du bétail.

Tel est le régime, tels sont les hommes régentés par ce régime.

Caractère social et humain d’un point de vue anthropologique. Énonciatio de ces lois sociales sévères :

Des lois très rigides et sévères, tant écrites que non écrites, y régnaient (p. 40).

Une société rude pour des gens rudes, malheur aux faibles. Les conditions de vie ont été théorisées par un ensemble de maximes qui disent clairement la philosophie de la vie au quotidien. On disait alors :

La vie est comme un tramway : qui n’est pas assis doit rester débout

Ou encore :

La vie est comme celle d’un gland dans une forêt de chênes et de loups où seuls les porcs en profitent (p. 40).

Un pays pour un peuple au caractère bien trempé. Ce que fut Boris lui-même façonné pour faire face à la dureté de conditions de vie. C’est le cas de faire justice au dicton qui veut que l’homme soit le produit de son milieu. Dans le même ordre d’idées, nous donnerons une typologie des humains avancée par Mamba, la fille du chef.

Les deux types d’hommes : les herbivores et les carnassiers ; or Boris a été reconnu comme appartenant à la seconde catégorie d’après Mamba, la fille du chef :

Certains hommes sont des carnassiers : lion, léopard, guépard ; d’autres des herbivores : antilope, buffle, etc. Toi, par exemple, tu es un carnassier, mais tu ne le sais pas (p. 152).

Donc l’auteur-narrateur de notre objet d’études est l’homme russe type, dans le bon sens du terme, celui de « l’homme au caractère bien trempé ». Cette assertion peut être corroborée par plusieurs faits d’armes, mais pour simplifier, nous en avons choisi quelques uns. C’est d’abord le combat de rue des deux bandes d’écoliers, appartenant aux « deux fameux immeubles », pour la  prééminence (p. 43). Ensuite, nous avons sélectionné trois combats de titan servant d’allégorie de la société.

Premier combat de titan. La rencontre de l’homme et de la bête :

Imaginez la scène : un soir tranquille, un lieu désert, et un énorme chien qui se rue à toute vitesse droit sur moi avec un grondement rauque (p. 151).

Et le combat s’est engagé entre l’homme et la bête. Et l’homme, « sans se laisser démonter », a terrassé la bête.

Deuxième combat de titan. Le même homme et la même bête :

Le dogue a vu sa proie encore de loin et s’est lancé sur moi d’un galop vif (p. 153).

Et la bête fut encouragé aux cris de son maître : « Mords-le, mords-le » (p. 153).

Et la bête fut à nouveau terrassée….

Troisième combat de titan. Cette fois-ci, c’est l’un des camarades de Boris Finkelstein, qui fut aux prises avec un molosse :

Soudain, le chien s’est dressé devant nous. Il nous a regardé et… s’est rué sur mon camarade […] Mon compagnon ne s’est pas démonté, il lui a fourré son cartable entre les dents, où il est resté… (p. 155).

En conclusion partiel. Dans les relations interpersonnelles, plan horizontal, règnent le chacun pour soi où le plus fort avale le plus petit.

Le souci littéraire existe bel et bien et s’est manifesté d’abord dans les mentions ayant trait au genre de l’écrit, car à maintes reprises le narrateur a précisé qu’il s’est agi de « récit » ; par ailleurs, il a mis à contribution sa culture littéraire. Au fil des pages de son récit, il a émaillé le texte de noms d’auteurs. Notamment, il a cité Jack London dans lequel il a puisé la recette pour venir à bout d’un chien féroce (p. 151). Ailleurs, il est question de l’Ecclésiaste, un des livres de la Bible ;  d’Hamlet de William Shakespeare (p. 156) ; d’Allan Edgar Poe (pp. 231, 232) ; A. S. Pouchkine (pp. 16, 17), etc. C’est la preuve que le narrateur un homme qui possède ses lettres bien qu’il soit un ingénieur de haute volée.

En conclusion générale

L’ouvrage de Boris Finkelstein se présente comme le travail d’un entomologiste se penchant avec objectivité sur la vie des espèces animales par l’utilisation d’une écriture efficace, c’est-à-dire sans fioritures, sans exclure un peu d’humour, mais très peu d’émotions. Le livre nous apprend beaucoup à la fois sur l’âme russe et sur l’auteur-narrateur, et cela, très souvent au moyens de figures de style. Nous avons compris que c’est un pays rude pour un peuple rude, ce dernier terme étant pris en bonne et mauvaise part. Cependant, l’auteur-narrateur, tout en étant un produit de la civilisation russe, a su prendre ses distances pour séparer le bon grain de l’ivraie. Nous voulons terminer nos considérations sur le statut d’un fait évoqué à deux reprises, savoir « le merveilleux » que ce soit avec le cas Mamba, la fille du chef, et Lyalya, la bohémienne. Nous ne savons pas si le merveilleux participe de la culture russe, ou s’il s’agit d’une pratique propre au narrateur lui-même.

C’est un ouvrage enrichissant facile à lire dans lequel on plonge dans la civilisation russe. Cela vaut le coup.

Guy Cétoute

Paris, mercredi le 30 mars 2016

Nota Bene

La première partie de cette chronique peut être consultée en suivant le lien :

Guy Cétoute : « Et le premier ange sonna – l’URSS inconnue » de Boris Finkelstein, en français par Athanase Vantchev de Thracy (I)

 

Chronique littéraire en ligne, pareillement, sur le blog de son auteur, Guy Cétoute, http://www.hardlitterature.com

 

Bibliographie

Boris Finkelstein, Et le premier ange sonna – l’URSS inconnue, traduit en français par Athanase Vantchev de Thracy,  Lausanne, Editions L’Âge d’Homme,  2014

 

Tags : , , , , , ,

Réagissez