RSS
 

Fernando d’Almeida (1955 – 2015), notita biografica

16 Avr
Fernando d'Almeida, Cameroun

Fernando d’Almeida, Cameroun

(n. le 19 aprilie 1955, la Douala – d. 23 februarie 2015, la Bonamoussadi, Douala, Camerun)

                      Poet, critic literar, ziarist, universitar camerunez. 

                      Marele Premiu de Poezie Léopold Sédar Senghor, 2008.

A publicat, între 1976 şi 2015, numeroase volume de poezie şi critică literară. Printre primii săi editorii se află sociologul Paul Dakeyo, unul dintre primii poeţi camerunezi pe care i-am tradus în română, în cadrul proiectului ARC (Africa-România-Caraibe).

Studii dedicate poeziei lui Tchicaya U Tam’si, Saint-John Perse, Pierre Torreilles, Emile Ologoudou, Claudine Bertrand.

A predat la Universitatea din Douala timp de peste 20 de ani, predând literatura franceză, belgiană şi canadiană (Quebec) studenţilor.

Fondatorul revistei Les Cahiers de l’Estuaire (Caietele Estuarului).

A locuit în cartierul rezidenţial Bonamoussadi, unul dintre cele 120 ale Doualei, capitala economică a statului Camerun.   

 Pe 19 aprilie ar fi împlinit 60 de ani…

***

Datorez întâlnirea cu poezia lui Fernando d’Almeida dramaturgului-regizor Guillaume Ekoumé, precum şi poetului-dramaturg Kouam Tawa.

Iar dacă sorţii mi-ar fi permis să dau curs invitaţiei poetului Jean-Claude Awono, fondatorul festivalului de poezie « Şapte Coline », Yaoundé, 2012, l-aş fi cunoscut personal…  

Volume publicate:

  • Notes infra-paginales sur la poésie. Edilivre 2015.
  • Désert absolu (1979-1983). Edilivre 2014 ;
  • L’Absente. Edilivre 2014 ;
  • Ipséité et Altérité dans la poésie de Tchicaya U Tam’si. Edilivre 2014
  • L’évangile du coït II. 2014 ;
  • Acheminement vers la source,1988-2005 Recueil de poèmes. Edilivre 2014 ;
  • Italiques pour l’Oubangui. Edilivre 2014 ;
  • L’embellie de l’embolie. Pour que demeure Haïti. Edilivre 2014 ;
  • Autour de deux poètes français : Saint-John Perse, Pierre Torreilles. Edilivre 2014 ;
  • Emile Ologoudou, poète béninois. Edilivre 2014 ;
  • Claudine Bertrand, poète du Québec. Edilivre 2014 ;
  • Initiation à la subversion (1982). Edilivre 2014 ;
  • L’Alchimie du verbe (2000). Edilivre 2014 ;
  • Propédeutique à la poésie québécoise. Edilivre 2014 ;
  • Propédeutique à la poésie scripturaire camerounaise. Edilivre, 2013 ;
  • De la parole écrite à la parole parlée ; Entretiens avec des intellectuels francophones. Edilivre 2013 ;
  • Guillemets pour la lagune Nokoué . Edilivre 2013 ;
  • De la poérotiquecomme quête du merveilleux sexuel. Edilivre 2013 ;
  • Quatre poètes camerounais devant le langage. Edilivre, 2012 ;
  • Pour une vôdounisation de l’art. Edilivre, 2012
  • Prolégomènes à la poésie francophone. Edilivre, 2012
  • Epitaphe d’un cénotaphe. Edilivre, 2012
  • Sémaphores des longitudes. Edilivre, 2012
  • Nordité du simple. Edilivre, 2012
  • La fable de l’ineffable, le tombeau de Gaston Miron. Harmattan Cameroun 20126
  • Archéologie de l’ordinaire. Edilivre, 2012
  • Accès et détour au réel. Edilivre, 2012 ;
  • Dans l’ailleurs de l’ailleurs – Tombeau d’Aimé Césaire. Éditions Le Manuscrit, 2012 ;
  • Italiques pour l’île Wouri. Edilivre, 2011 ;
  • Introduction aux textes poétiques de Jacques Fame Ndongo. Edilivre, 2011 ;
  • L’ouvert de l’ultime : tombeau de Gatien Lapointe. Éditions Les écrits des forges et Éditions Henry, 2011 ;
  • Les mots vertigent à sage escient. Edilivre, 2011 ;
  • Des choses dites de profil. Edilivre, 2011 ;
  • La mort en boucle pour le Japon. Edilivre, 2011 ;
  • Didascalies d’un séisme : pour Haïti. Éditions Opoto, 2010 ;
  • La muse de la Meuse. Éditions Le Manuscrit, 2010 ;
  • L’évangile du coït. Éditions Opoto, 2009 ;
  • Parages du langage. Éditions des Ecrits des Forges/ Éditions Henry, 2008 ;
  • Mesure de l’amour. (2004) ;
  • La Parole parlée Voix/Voies de poètes camerounais. Les Cahiers de l’Estuaire, Douala, 2002 ;
  • Provisoire lieu du poème, Yaoundé. Presses universitaires de Yaoundé ;
  • Strates de l’Amante. Les Cahiers de l’Estuaire, Douala, 1999 ;
  • Pour saluer l’absente. Les Cahiers de l’Estuaire, Douala, 1999 ;
  • Rhapsodies du temps présent. Zoki Azata, Douala-Cotonou, 1998 ;
  • Dans la spiritualité du néant. Les Cahiers de l’estuaire, Douala, 1998 ;
  • Travaux du merveilleux. Zoki Azata, 1998 ;
  • L’arrière pays du mental. (1991) ;
  • L’espace de la parole. (1984) ;
  • L’espace de la parole. Paris : Éditions Silex, 1984 ;
  • En attendant le verdict. Paris : Éditions Silex, 1982 ;
  • Traduit du je pluriel. Abidjan ; Dakar ; Lomé : Les Nouvelles Éditions Africaines, 1980 ;
  • Au seuil de l’exil. Paris : P.J. Oswald, 1976 ;

 

 

Tags : , , , , , , , , , , ,

Réagissez

 

 
  1. Guillaume EKOUME

    17 avril 2015 à 12 h 49 min

    Je ne saurai rester muet face à cet hommage mérité rendu à cet illustre poète camerounais par toi, Lulli. Nous lui reconnaissons cette grandeur d’esprit et de plume. Toujours ouvert à écouter et à conseiller les plus jeunes dont la muse bouillonnait un peu.
    Sa vie était tout un poème interminable, intarissable fleuve de mots pour panser les maux.
    Guillaume

     
    • Marilena

      19 avril 2015 à 8 h 09 min

      Cher Guillaume,

      C’est à moi te remercier de ta présence également lumineuse, dans la littérature et la culture de Cameroun, de l’Afrique, de l’Europe et de notre actualité !
      A très bientôt, avec des nouvelles sur le destin de ton conte traduit en roumain… (sourire)…
      Mes salutations les meilleures à nos confrères de Cameroun, dont le mythe ami à nous tous, Paul Dakeyo, ainsi que Jean-Claude Awono !
      En toute amitié,
      Marilena

       
    • Marilena

      19 avril 2015 à 8 h 25 min

      Merci, encore, cher Guillaume, de tes mots qui éclairent mieux notre image portant sur la mémoire de notre confrère Fernando d’Almeida. Je suis vraiment triste de le « rencontrer » si tard. Mais, je ferrai le meilleur de ma part pour la promotion de sa poésie en roumain.
      En toute amitié,
      Marilena

       
    • Marilena

      25 avril 2015 à 6 h 13 min

      Je viens de relire, cher Guillaume, tes commentaires portant sur les petites pages de mon blog dédiées à la mémoire de l’illustre poète et homme de Lettres Fernando d’Almeida.
      Mes complimentes les meilleurs pour la chaleur et l’objectivité de ta plume.
      Au plaisir de travailler ensemble,
      Marilena