RSS
 

Douze ans sans ma mère…

09 Mar

Depuis douze ans mon âme est en deuil… C’est l’instant du départ éternel de ma mère… Mon père et la famille l’appelaient Mimi

Ô, mère

Me souviens, mère, l’ambroisie caressante de votre main,

Ilot de vertu revêtu de votre zèle nommé « mes teïens ».

Mânes de mes ancêtres ! Célébrez son oblation céleste,

Icône auguste dans le sanctuaire éternel des printemps…

Depuis, ni le monde ni moi ne sommes plus les mêmes…

Une pensée, un souvenir, une larme, un sourire à sa mémoire…  

Repose en paix, ma si inoubliable mère…

Requiescat in pace…

 Dumitra (Mimi) Lica

(Née le 17 août 1932 à Buta, la 13e de sa fratrie – décédée le 7 mars 2004 à Pitesti)

Professeur de village durant plus de 40 ans aux écoles de Teiu de la Colline et de Teiu de la Vallée, première femme maire de notre commune (1996 – 2000), conseiller aux Affaires socio-culturelles auprès de la Mairie de Teiu (2000 – 2004)…

Mariée à Nicolae Lica le 16 janvier 1955, est devenue mère de deux enfants – moi et mon frère, médecin.

J’ai eu ce privilège d’avoir pour mère cette inégalable femme aux multiples rôles : fille, élève, pédagogue, épouse, amie, croyante, maire, citoyen du village, grande-mère… 

Paris, le 9 mars 2016

 

 

Tags : ,

Réagissez

 

 
  1. Jean Paul Abulker

    9 mars 2016 à 18 h 41 min

    Hommage
    Il est de ces moments qui nous semblent plus durs,
    Lorsque du plein soleil, on passe dans l’obscur,
    Quant vient le temps maudit, où l’on voit sa maman
    S’en aller pour rejoindre, la-haut ! Le firmament
    La blessure est profonde et l’on doit s’y résoudre
    Quand le nouvelle tombe… comme tombe la foudre.
    Les pluies de larmes coulent, le ciel devient tout gris,
    Mais la raison revient, et dès lors, on se dit
    Que la plus grande peine, est celle qu’on fait subir…
    A sa maman qui elle, se devait, de partir.
    Et l’on se ressaisit? et l’on se dit ma foi,
    Que la vie continue….., c’est a elle qu’on la doit
    Jean Paul ABULKER

     
    • Marilena

      9 mars 2016 à 18 h 53 min

      Merci, mon Ami, de ton inégalable présence…