RSS
 

De quel présent me parles-tu?

05 Avr
A l'anniversaire de la poète Lydie Mbossa, le samedi 26 mars 2016

Pierrefitte-sur-Seine, le 26 mars 2016

Kyrielles de Mètis

Nous vivons à l’heure un si intéressant présent palpitant… Vox populi vox Dei au Levant… Suffrages athéniens au Ponant… Des anges aux ailes noires à Bucarest… Kamikaze à Bruxelles… Ninja à Brazzaville… Eldorado au Panama…

Un si cher ami me donnait ce matin un si rassurant conseil : « Vis le présent ! » Mais, quel présent, mon Sage ? Lequel de si nombreux présents ?

Il y a le présent des suffrages dans les satrapies des tzars qui est devenu une angélique magie sine qua non à la Demos Kratos

Il y a le présent des archanges « Gabriel » qui, poussant les mineurs de la Vallée du Jiu à descendre leurs ailes noires sur la bucolique Citadelle-sur-Dâmbovitza (au début des années ‘90) et y distribuer la paix rouge des suffrages universels, 25 ans après sont de soi-même les sous-entendus justes et parfaits patriotes…

Il y a le présent des hommes armés non-identifiés surprennent en plein nuit – comme les « ninja » du Moyen Âge nippon Edo -, la capitale féodale réformée, à tout nouveau visage, des électeurs du Congo-Brazzaville…

Il y a le présent des mercenaires, surnommés « kamikazé » – encore, hélas !, ce modèle nippon des années ‘40, plus récent donc -, qui, enchaînés à l’amour des humaines des théâtres-stades-aéroports-métros-terrasses-universités, sautent en air un peu partout dans le monde…

Par pudeur, je ne veux pas invoquer ci-contre l’odeur persistant du présent traînant entraînant les tunnels et les quais du métro parisien…

Mais, enfin, il me fait indubitablement plaisir d’invoquer parmi les dernières merveilles de ce si palpitant présent, quelque chose de bellement : la terre promisse aux cocons suisses enlève sa douce fine burqa de bombasin au Panama…  

Un monde renversé redessine à l’envers son émancipation historique, linguistique, culturelle, expérientielle…

A quoi semble-t-il le présent de ce présent, mon Sage ?  

 

Paris le mardi 5 avril 2016

 

Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

Réagissez

 

 
  1. Jean Paul Abulker

    8 avril 2016 à 8 h 37 min

    Vivre le présent,est vite du passé dépassé, et le futur deviendra le présent, qui passera tout aussi vite qu’il est venu, et c’est la fuite du temps, passé, présent, futur, avenir…