RSS
 

Archives de la catégorie ‘01.I. INTERVIEWS’

Osman Bozkurt: Poezia este graiul mişcării, nu al încremenirii (4)

26 Juil
Osman Bozkurt, Emil Lungeanu şi Marian Ilie

Poetul Osman Bozkurt, criticul literar Emil Lungeanu şi poetul Marian Ilie, mai 2018

(urmare din pagina 3)

Poezia este iubire. Dragoste. Visare. Evoluţie.

Marilena Lică-Maşala: Mulţi dintre foştii studenţi şi tineri poeţi, intelectuali, prozatori, cineaşti, dramaturgi prigoniţi în ţările lor pentru tendinţele militante pentru respectarea şi garantarea drepturilor fundamentale ale Omului, inclusiv al minorităţilor, s-au refugiat în Occident, mai ales după ce au fost siliţi să ia calea pribegiei. Unii dintre dânşii au fost exilaţi după mulţi ani de temniţă cu episoade de schingiuire de neconceput în a doua jumătate a secolului trecut, ori în ultimele decenii. Printre refugiaţii politici pe care i-am cunoscut în Franţa – faimos pământ de primire a foştilor deţinuţi politici, fie ei de stânga ori de dreapta – se află în primul rând poeţi. Astfel, i-am cunoscut personal pe Jean Méttelus, Gérald Bloncourt, Abdellatif Laâbi, Pedro Vianna, Kazem Shahryari, Amer Toussi, Marie Léontine Tsibinda, Léopold Congo-Mbemba, Amirul Arham, pentru a invoca doar câteva nume. Poemele lor sunt traduse şi publicate în diferite reviste literare din România, precum şi în antologii bilingve. Există o corelaţie între poezie şi răzvrătire?

Osman Bozkurt: Poezia este iubire. Dragoste. Visare. Evoluţie. Poezia este natura omului. Omul este stăpân pe natura sa. Nu poate trăi fără iubire, este stăpân pe iubirea lui. Visul omului se poate schimba, dar el nu poate trăi fără vise. În consecinţă, poezia este glasul mişcării, nu al încremenirii. Aşa stând lucrurile, fără îndoială că între poezie şi mişcare există o legătură. A considera poezia o simplă revoltă politică înseamnă a o nedreptăţi. Poezia este mult mai mult decât atât.

Lire la suite »

 

Osman Bozkurt: Poezia este graiul mişcării, nu al încremenirii (3)

26 Juil
Osman Bozkurt, Emil Lungeanu şi Marian Ilie

Poetul Osman Bozkurt, criticul literar Emil Lungeanu şi poetul Marian Ilie, mai 2018

(urmare din pagina 2)

Literatura, inclusiv poezia, reprezintă strădania de umanizare sub toate aspectele

Marilena Lică-Maşala: Cum s-a acomodat mâna copilului ce-a ţinut coarnele plugului la arat, cu metafizica brazdei lirice a bărbatului de mai târziu?

Osman Bozkurt: Nu înţeleg prea bine la ce anume vă referiţi, dar, omul este creatura însufleţită care se adaptează cel mai repede la condiţii [de mediu]. Mai mult, o face din proprie voinţă. Sper ca răspunsul meu la întrebarea anterioară, legată de sensibilitatea lirică, să lămurească modul în care m-am acomodat.

Lire la suite »

 

Osman Bozkurt: Poezia este graiul mişcării, nu al încremenirii (2)

26 Juil
Osman Bozkurt, Emil Lungeanu şi Marian Ilie

Poetul Osman Bozkurt, criticul literar Emil Lungeanu şi poetul Marian Ilie, mai 2018

(urmare din pagina anterioară)

Invitat de onoare al editurii şi grupului literar Betta, a fost vedeta standului organizat de editura respectivă la salonul de carte Bookfest, Bucureşti, ediţia mai 2018. Călătoria sa literară în România a avut ca scop lansarea, în prezenţa sa, a unui florilegiu din volumele sale, poemele fiind alese şi traduse în româneşte de Nermin Yusuf şi Nevzat Yusuf Sarıgöl, sub titlul Düşlerin esintisi/ Şoapta viselor. Poet, prozaor, eseist, publicist, Osman Bozkurt a primit să ne răspundă la câteva întrebări pentru blogul nostru şi presa literară din România. Mulţumim poetului Marian Ilie pentru bunăvoinţa de a fi primit să ne tălmăcească răspunsurile.

Marilena Lică-Maşala: Unde v-aţi petrecut copilăria? Aţi fost un copil fericit?

Osman Bozkurt: Şcoala primară am urmat-o în satul în care m-am născut. (7) Cursurile gimnaziale le-am urmat în centrul comunal, iar pe cele liceale la Liceul economic din Ankara. Era singurul liceu cu acest profil din Turcia. În fiecare an erau admişi 60 de elevi, în urma unui examen la care puteau participa numai absolvenţii foarte buni din toate şcolile gimnaziale din ţară.

Lire la suite »

 

Osman Bozkurt: Poezia este graiul mişcării, nu al încremenirii (interviu)

26 Juil
Osman Bozkurt, Emil Lungeanu şi Marian Ilie

Poetul Osman Bozkurt, criticul literar Emil Lungeanu şi poetul Marian Ilie, mai 2018

Interviu

cu

Osman Bozkurt

poet, eseist, prozator, publicist

Poezia este graiul mişcării, nu al încremenirii

Preambul

Osman Bozkurt, invitat de onoare al editurii şi grupului literar Betta, a fost vedeta standului organizat de editura respectivă la salonul de carte Bookfest, Bucureşti, ediţia mai 2018. Călătoria sa literară în România a avut ca scop lansarea, în prezenţa sa, a unui florilegiu din volumele sale, poemele fiind alese şi traduse în româneşte de Nermin Yusuf şi Nevzat Yusuf Sarıgöl, sub titlul Düşlerin esintisi/ Şoapta viselor.

Lire la suite »

 

De la Fleuvitude – interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE (6)

09 Juil

(6)

"Par les temps qui courent", traité poétique d'Aimé Eyengué

« Par les temps qui courent », traité poétique d’Aimé Eyengué

Est-ce que l’anthologie bilingue, français-roumain, « Du Congo au Danube », a pu apporter sa graine au mouvement de la Fleuvitude, lorsqu’il se trouvait en germe ? Est-ce que cet ouvrage se retrouve parmi les sources qui vous ont inspiré la « pierre philosoph

ale » de l’intitulé « Fleuvitude » ?

– A priori non, dans une considération stricto sensus ; mais, a posteriori, la réponse peut être nuancée, du seul fait que cette anthologie de 2011 consacrant, dans un voyage de l’esprit, l’union ou la jonction d’auteurs originaires des deux fleuves éponymes, le premier étant d’Afrique et l’autre d’Europe, tout comme toutes les autres dynamiques et évocations littéraires ayant trait aux fleuves, notamment au fleuve Congo, ont existé avant l’élaboration du concept même de la Fleuvitude, qui n’a vu le jour officiellement que dans la publication, je le rappelle, de notre ouvrage Par les temps qui courent… en 2015.

Lire la suite »

 

De la Fleuvitude – interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE (5)

09 Juil

– Est-ce qu’il y a une liaison entre la Fleuvitude et la Négritude ?

"Par les temps qui courent", traité poétique d'Aimé Eyengué

« Par les temps qui courent », traité poétique d’Aimé Eyengué

– Bien évidemment, oui. Ce premier Congrès International s’emploiera à la démontrer aussi. D’ores et déjà, il vous suffit de considérer toutes mes réponses à vos questions précédentes, pour vous en rendre compte : à mon sens, cela est une évidence, qui coule de source même (rires), comme de l’eau de roche… (sourire) ; notamment, lorsqu’on considère la métaphore du Lamentin du Fleuve Congo élaborée par Senghor dans son évocation de la Négritude, qui, elle-même s’inspire aussi du Panafricaniste afro-américain, Dubois, qui inspire également Langston Hugues, avec My Soul has grown deep like the Rivers, dans sa démarche sur l’Universel…

Lire la suite »

 

De la Fleuvitude – interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE (4)

07 Juil

De la Fleuvitude

– Interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE –

(quatrième partie)

Le premier Congrès International de la Fleuvitude : automne 2016, à Bangui, République Centrafricaine

 

 

– Récemment, vous avez organisé la première Conférence sur la Fleuvitude, à Paris. Quels sont les résultats de votre échange avec le public ?

– Oui, c’était la première conférence sur la Fleuvitude à Paris en 2016 ; car, il y a eu une série de conférences et d’échanges sur la Fleuvitude, bien avant cette session de Paris, tenue à l’Espace des débats des éditions L’Harmattan, sis rue des Ecoles, près de la Sorbonne.

En fait, la Fleuvitude a été présentée officiellement au public dès la sortie, au mois de juin 2015, de mon livre Par les temps qui courent… au marché de la Poésie de Paris, Saint-Sulpice. Ensuite, j’ai tenu une conférence en milieu universitaire, à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, au mois de juillet 2015 ; puis deux conférences au Centre Culturel Russe de Brazzaville au même mois de juillet (où nous avons épilogué longuement sur la Volga russe) ; et puis encore une conférence, au mois d’août 2015, sur les lieux même où le Français le plus célèbre de l’Histoire de France tint, du 30 janvier au 8 février 1944 (en pleine deuxième guerre mondiale, s’il vous plaît, quand la France est occupée, Paris assiégé par les Nazis, Brazzaville devenue, comme le fleuve, LA CAPITALE DE LA FRANCE LIBRE), la Conférence de Brazzaville, à quelque dix mètres de distance seulement du Fleuve Congo (avec le dénouement que nous connaissons tous) ; lieux qui sont devenus, depuis 1968, le Centre de Formation et de Recherches en Art Dramatique (CFRAD) de Brazzaville, sous la gouverne du poète Maxime N’débeka, revenu dans cette salle après toute cette époque historique pour nous honorer.

Lire la suite »

 

De la Fleuvitude – interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE (3)

07 Juil

De la Fleuvitude

– interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE

(troisième partie)

Est-ce qu’il y a un appareil méthodologique qui habille la « Fleuvitude » ?

– En vous référant à ce que je venais de vous dire tout à l’heure, vous pouvez réaliser simplement que la Fleuvitude nous impose une observation soutenue et minutieuse de l’environnement qui nous entoure ; or, les appareils en soi nous cantonnent, nous limitent dans des considérations toutes faites ou prêtes-à-penser, ce qui n’est pas la vocation de la Fleuvitude ; la Fleuvitude en soi n’est pas habillée, elle se présente à nous toute douce, en tenue d’Eve, comme le fleuve en tenue d’Adam ; elle est toute crue, toute nue, elle est toute brute, toute fraîche, comme le fleuve ; quitte à chacun de nous de se l’approprier, avec son instrument de travail et ses méthodes,  selon qu’il est griot, poète, musicien, artiste-peintre, romancier, historien, ou scientifique… en s’aidant ou en s’inspirant de la définition-racine de la Fleuvitude, à savoir, le retour aux sources, en remontant les fleuves, le temps, un arbre généalogique, l’histoire d’une nation, d’un peuple, d’une communautéà la quête de ce qui justifie ou explique la vie ou la mort de cette communauté aujourd’hui. Libre à nous tous, de déshabiller ou habiller la Fleuvitude avec nos mots et nos pensées actives, sans prendre l’eau (sourire).

Lire la suite »

 

De la Fleuvitude – interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE (2)

07 Juil

De la Fleuvitude

– Interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE –

(deuxième partie)

Quelle est l’idée phare de votre concept ? Deviendra-t-il un mouvement international ? A qui s’adresse-t-il ?

– Si la Fleuvitude est perçue comme je la conçois pour ma part, c’est-à-dire la civilisation de l’Universel, cela suppose bien entendu qu’elle est déjà un mouvement international ; par le fait qu’elle concerne toutes les sensibilités culturelles et les œuvres de l’esprit de tous les pays ou de toutes les nations de la Terre ; étant donné que les œuvres de l’esprit n’ont pas de frontières ni de pays, comme le livre d’ailleurs… Mais au mot international, je préfère le mot Universel ; et, au mot Monde, les mots Humanité et Terre ; car, à mon entendement, le monde n’existe pas, c’est la Terre qui existe ; le monde n’a pas de racines, c’est la Terre qui a des racines : même le Fleuve, il sort bien de la Terre, l’espace de vie naturel des êtres humains, en partant de sa source.

Lire la suite »

 

De la Fleuvitude – interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE (1)

07 Juil

De la Fleuvitude

– interview avec l’écrivain Aimé EYENGUE –

(première partie)

Avec Liss Kihindou et Aimé Eyengué, à la Conférence sur la Fleuvitude, Paris 2016

Avec Liss Kihindou et Aimé Eyengué, à la Conférence sur la Fleuvitude, Paris le 11 juin 2016

Docteur en Sciences sociales et diplômé en Sciences Politiques, Aimé Eyengué est Spécialiste en Modes de vie ; il s’intéresse à l’action politique et ses incidences sur le devenir des nations et l’action des peuples sur le devenir de l’action politique. Initiateur de la célébration des 60 ans de la littérature congolaise (1953-2013), du Salon du livre de Brazzaville depuis 2013 et du Concept de la Fleuvitude, il est auteur de plusieurs ouvrages, dont Le Conseiller du Prince, pour un Prince de la Paix (2009) et l’Anthologie des 60 ans de la Littérature congolaise – Noces de diamant (2015).

Lire la suite »