RSS
 

Alain Juppé et le Paris des Arts

27 Oct

Alain Juppé

suivi pas à pas par les gens d’Arts

que nous sommes

Paris, le mercredi 26 octobre 2016, vers 17h

Avec Francis Mbella

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

 

Chez nous, en Roumanie, à cette heure-ci, les gens se préparent pour fêter le traditionnel Sfântul Dumitru (Saint Démétrius ou Dimitri, en français). La plupart des familles roumaines chrétiennes orthodoxes avaient au moins un membre à se prénommer Dumitru/ Dumitra. C’est bien le cas de ma famille : mon grand-père maternel porté fièrement le nom de ce saint martyre, ma mère de même, un frère de ma mère, décédé dans la Deuxième Guerre mondiale, de même.

À Paris, souhaitant apporter ma modeste pierre au fondement de la France du présent et de l’avenir, une France émancipée, prospère, confiante, noble, vivante, accueillante, je me présente au RDV avec l’artiste peintre Francis Mbella, homme politique ou plutôt « un contribuable politique », pour lui respecter sa propre définition.

Nous nous sommes constitués en équipe, compagnons de la promotion du programme d’Alain Juppé pour les primaires de la droite, du 20 et 27 novembre.

Et nous voilà au troisième jour de travail (pour moi ; Francis sort plus souvent), allongeant cette fois-ci l’avenue de Flandre du 19e arrondissement, de la bouche du métro Stalingrad jusqu’au métro Corentin Cariou, passant par Riquet, La Crimée et Porte de la Villette.

Plus de 1.500 mètres parcourus à pieds en un seul sens… Et plus que touchant le paysage des tentes dressées en nouvelles barricade des cultures, pour les réfugiés des guerres d’ailleurs, sur les trottoirs rayonnant vers la Place de Stalingrad…

Nous changeons quelques mots avec certain. Ils sont jeunes pour la plupart et anglophones… Mon Dieu ! Ils ne se plainent pas ; ils nous regardent, souriants, confiants.

Nous continuons notre chemin, soucieux du destin de tous ces gens tombaient ici, sur le sol du 19e arrondissement depuis un mois, au seuil du froid, de l’hiver…

Dialogue repris avec les passants autour des primaires de la Droite, l’image de ces étrangers qui vivent et dorment sous la belle étoile parisienne, s’éloigne…

À la bouche du métro « La Crimée », nous rencontrons un maître universitaire républicain. Il préfère Sarkozy, car la France a besoin de quelqu’un plus jeune… Joli argument, n’est-ce pas ?

Plus loin, côté « Riquet », un Bordaillais… Il vient d’arriver de Bordeaux, il nous demande de quel côté se trouve l’hôtel Campanile. Il regarde nos tracts :

« – A, Monsieur Juppé ! Il va gagner ! Écoutez, je suis de gauche, mais je vote mon Maire… »

Quel bel hommage rendu à son Maire français de Bordeaux, par un ex-citoyen de l’Afrique francophone…

A bon entendeur, salut, mes chers Lecteurs de l’Odéon !

Je vous tiendrai au courant, croyez-moi !

 

 

PHOTOTHÈQUE

Francis Mbella

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

 

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

Avec Francis Mbella, soutenant Alain Juppé

 

 

Tags : , , , , ,

Réagissez