RSS
 

Archive de juin, 2018

Marian Ilie, Visions parallèles (poème du roumain)

16 Juin
Marian Ilie, Tristeţi pontice (Tristesse marines)

Marian Ilie, Tristeţi pontice (Tristesses pontiques)

Visions parallèles

Je suis et je ne suis pas le même moi
Je ne suis ni celui que je sais que je suis
Ni celui que vous savez que je serais

Comme l’ombre de la nuée
Je vais m’insinuer
Entre moi et vous
Comme dans un jeu
Aux visions parallèles

Lire la suite »

 

Ave, splendide matinée de juin

15 Juin
Avē, belle matinée

Ave, belle matinée !

Avē, splendide matinée de juin !

 

 

C’est l’été et il fait si beau !

Les murs de la maison, alors, pourquoi me poussent-t-ils ?

J’ai si mal de mon enfance… A qui le dire ? A comprendre, qui ?

Je veux fuir la pression de ces murs qui ne savent plus me défendre contre mes envies… Ni contre le chagrin de l’enfance…

Je fuis la chambrette, je fuis dehors, pour me faire cadeau un pourboire étrange.

Je vais m’acheter au coin de ma rue, ce qui me manque depuis long temps : un souvenir d’enfance. Au coin de ma rue il est en vente un morceau de mon enfance incarné un panier en carton de cerises coeur de pigeon blanc !

Qu’est-ce que serait-elle mon enfance sans les trois cerisiers dans la cour parentale ?

Quelle est ma vie aujourd’hui, ou le jour, sans les trois cerisiers dans la cour parentale ?

Lire la suite »

 

Ave, frumoasă dimineaţă de iunie!

15 Juin
Avē, belle matinée

Ave, frumoasă dimineaţă!

Ave, frumoasă dimineaţă de iunie

 

 

E vară şi e frumos nespus afară!

Pereţii casei, atunci, de ce m-apasă?

Mi-e un dor cumplit de Copilărie… Cui să spun? Să înţeleagă, cine?

Vreau să fug de apăsarea acestor ziduri ce nu mai ştiu să mă apere de dorurile mele… Nici de dorul de copilărie…

Fug din încăpere, fug afară, să-mi dăruiesc un dar neobişnuit.

Voi merge să-mi cumpăr de la colţul străzii ceea ce-mi lipseşte de mult: un crâmpei de copilărie. La colţul străzii mele se află de vânzare o gură de copilărie cu chip de coş de carton cu cireşe pietroase!

Ce mi-ar fi fost copilăria fără cei trei cireşi de la poartă?

Ce-mi este astăzi viaţa, ziua, fără cireşii de la poartă?

Lire la suite »

 

Dăruire

15 Juin

 

Sibari, 2017

Sibari, 2017

Te voi aştepta

Iubite,

Diseară,

La poarta

Celui mai îndepărtat iatac,

Cu toate minunile mele

Învăluite

În cea mai lungă

Şi albă

Năframă

Ţesută de miracolul

Ce ne-a întâlnit,

Fără să ştie.

Lire la suite »

 

Passion (poème)

15 Juin
Sibari, 2017

Sibari, 2017

Je t’attendrai,
Mon amour,
Ce soir,
À la porte
Du plus lointain alcôve,
Avec toutes mes merveilles
Couvertes
Au plus long
Et blanc
Voile
Tissé par le miracle
Qui nous a rencontré,
Sans le savoir.

Lire la suite »

 

Et j’ai vu Eric…

13 Juin

 

Eric Meyleuc et Pedro Vianna, mes deux amis de tous les jours, sont là, à gauche, deuxième plan.

Eric Meyleuc et Pedro Vianna, mes deux amis de tous les jours, sont là, à gauche, deuxième plan.

 

Aujourd’hui, j’ai vu Eric.

Autour de lui, il faisait si froid, oh, combien froid, hélas, dans le silence cruel, éternel, qui silenciait le jour en fin de l’après-midi de mercredi.
Il était étendu là, immobile, sur un podium. De son hauteur, la silhouette allongée de jeune homme grand, mince, bien bâti, avec de larges épaules, régnait la tranquillité de pierre de la pièce.
Le linceul blanc qui lui couvrait tout le corps, ne laissait visible que la tête.
Dans cette pièce de pierre froide, nous n’étions que nous deux, le froid, le blanc du linceul et le silence.

Lire la suite »